Tuesday, 25 March 2014

Highlights of the last two weeks.

I have been absent in the last two weeks but this fact can easily be explained by the presence of my mum and grandma who were here for the first time. I tried spending as much time as I could with them, juggling between them and work. I even established my headquarters in the apartment I rented for them.

But because I'm nice and all, I present you, in pictures yet, the highlights of my two-week-absence :

Three crazy generations...

Massada birds

If you happen to know what kind of bird this is, please share!

A little urbex on the way back from the dead sea


The Wailing Wall

Ruins from the 2006 bombardment of Haifa. This house has been converted into a stable.

Flea market in downtown Haifa.

Abra Kadabra! Haifa

The liberal mosque of Akko.

And its inside.

Akko shuq.

He can smell it, can you smell it?

What? The food!!

The old port of Akko.

Old Akko.


Akko shuq.

A mural in Nachlaot, Jerusalem.

The last evening in Tel Aviv.



Monday, 24 March 2014

On disait que toi tu étais Israël et moi j'étais Gaza...

Le journaliste israélien et ancien diplomate Gil Kessary a aujourd'hui publié un article sur le Huffington Post en français, qui essaye de savoir ce qui se passerait si la Belgique attaquait le Nord de la France comme Gaza attaque le Sud d'Israël :

"Essayons d'imaginer un instant un scénario utopique: le nord de la France est attaqué par des dizaines de roquettes en provenance de Belgique, forçant les habitants à se réfugier dans des abris; des avions français ripostent en bombardant des sites des responsables, à savoir une organisation terroriste flamande; les Pays Bas condamnent la France tout comme le fait la communauté internationale."

Il explique alors que ce scénario n'est pas spécialement utopique et que cette situation est bien réelle en Israël :

"Utopique? Pas forcément si l'on tire des parallèles: remplaçons la France par Israël, la Belgique par Gaza, l'organisation flamande par le Djihad Islamiste, les Pays-Bas par l'Autorité Palestinienne, et la communauté internationale est toujours la communauté internationale."

Le journaliste tire des conclusions hâtives et dit que c'est exactement ce qui s'est passé quand 70 roquettes se sont abattues sur le sud d'Israël le week-end de Pourim. Kessary conclut sa parallèle en affirmant que la comparaison s'impose pour "faire imaginer à l'étranger la tension que connaissent les habitants de cette région."

Mais voilà, Kessary oublie certains faits.

La première chose est que la Belgique est un pays qui a déclaré son indépendance en 1830. Les personnes qui se trouvaient sur ces terres se sont révoltés car ils avaient été sous occupation depuis toujours. La France n'occupe pas actuellement la Belgique et ses politiciens n'appellent pas, à ce que je sache, à son occupation. Les deux pays entretiennent des relations diplomatiques et ne sont pas en guerre.

Les Israéliens sont arrivés en Palestine sous le mandat britannique, et chassé des personnes qui habitaient ces terres (Israël nie d'ailleurs ce fait, selon le pays, les Palestiniens sont partis de per propre accord). Je ne nie même pas le droit d'Israël d'exister, mais la comparaison est pour ainsi dire, grotesque.

Une autre chose, moins importante certes, est que les Pays-Bas et la Flandres sont deux peuples différents, contrairement à Gaza et la Cisjordanie, faisant toutes deux partie de la Palestine.

Il est dès lors un peu facile de faire une telle parallèle, un peu comme Bibi qui étudie les accords frontaliers entre Pays-Bas et Belgique.


La situation actuelle en Israël et territoires palestiniens occupés n'est tout simplement pas comparable et il serait même un peu naïf de le penser.